Le lait et les produits laitiers nuisent-ils vraiment à la santé ?

Nous entendons beaucoup parler ces jours-ci de l’intolérance au lactose. Ils disent même que les produits laitiers sont des produits que nous, les adultes, n’avons pas la capacité de digérer et de transformer. C’est pourquoi nous devrions retirer le lait et les produits laitiers de notre alimentation. Mais tout cela est-il vrai ?

Sucre de lait : Lactose

Le lactose est le composant solide le plus présent dans le lait. Il est considéré comme le sucre du lait, car il lui donne un goût légèrement sucré lorsqu’il est ingéré pur. Chimiquement, c’est un disaccharide formé par l’union de deux monosaccharides : une molécule de glucose et une molécule de galactose.

Pour utiliser cette source d’énergie, il est nécessaire de digérer cette molécule. En d’autres termes, il faut casser ce disaccharide avec une enzyme appelée LACTASE, très présente dans le métabolisme des nouveau-nés.

Chez l’homme, la lactase est largement produite dès l’âge de deux ans, et est presque nulle à neuf ans. L’intolérance au lactose touche les personnes qui ne produisent plus de lactase. L’absence de cette enzyme empêche la dégradation du lactose en unités individuelles de glucose et de galactose. Mais la réduction de cette production de lactase par l’homme est un phénomène sain. C’est un signe de maturité métabolique.

Lorsque le lactose atteint le gros intestin sans être dégradé, il y est fermenté par les bactéries, ce qui déclenche des symptômes tels que : flatulences, gaz et distension abdominale, douleurs abdominales, coliques, vomissements, diarrhée, maux de tête, migraines, éruptions cutanées et même asthme.

Protéines du lait : caséine, alpha et bêta-lactoalbumine

L’allergie au lait de vache peut également être due à la présence de protéines du lait de vache telles que la protéine de présure (caséine) et les protéines de lactosérum (alpha-lactoalbumine et bêta-lactoglobuline). Les symptômes les plus fréquents chez les enfants et les adultes sont les suivants : vomissements, diarrhée, reflux, éruptions cutanées, urticaire, sang ou mucus dans les selles, irritabilité, faible prise de poids, inflammation des intestins, démangeaisons des yeux, conjonctivite, rhinite, sinusite, otite, asthme, toux.

Ces signes et symptômes sont de plus en plus présents, principalement chez les enfants. Ainsi, lorsque vous remarquez une réaction allergique, n’oubliez pas de vous renseigner sur les conseils nutritionnels.

Comment savoir si quelqu’un peut consommer du lait et des produits dérivés ?

Si vous connaissez une personne présentant les symptômes énumérés ci-dessus, proposez-lui de prendre rendez-vous avec un médecin ou un nutritionniste. Ces professionnels seront en mesure d’évaluer les symptômes et de prendre des mesures pour supprimer ou réduire ces produits dans le régime alimentaire. Mais nous devons toujours nous rappeler que les produits laitiers sont des sources importantes de calcium et de protéines.

Il est important d’informer que pendant le processus de fermentation du lait pour la production de fromage et de yaourt, la plupart du lactose est digéré par les bactéries dans les cultures de démarrage. C’est pourquoi les produits laitiers contiennent souvent des quantités minimales de lactose. C’est l’inverse qui se passe pour les protéines du lait. Au cours de la production, une concentration de protéines du lait et d’autres nutriments, comme le calcium, se produit le plus souvent. Cela signifie que les produits laitiers contiennent généralement moins de lactose et plus de calcium, de caséine et de lactalbumine alpha et bêta que le lait “in natura”.

Origine du lait

La majeure partie du lait disponible pour la consommation dans les supermarchés est produite par une traite mécanique à 100 %. Ce processus peut provoquer des infections chez l’animal. Selon le comportement du producteur, la vache reçoit de fortes doses d’antibiotiques, qui peuvent “contaminer” le lait. En outre, si le processus n’est pas soigneux, le produit peut être contaminé par l’urine, le sang et même le pus des vaches. Dans ces cas, des additifs chimiques sont utilisés pour masquer la qualité inférieure du produit.

L’idéal serait donc d’avoir accès à du lait biologique. Toutefois, comme cela n’est pas possible pour une grande partie de la population, il est très important de choisir des marques fiables sur le marché, tant pour le lait que pour les produits laitiers.

On nous a tellement rabâché l’importance de consommer des produits laitiers quotidiennement qu’il peut être difficile de se remettre en question sur le sujet. Pourtant, comme je vais vous l’expliquer plus bas, les produits laitiers sont loin de faire partie des aliments bénéfiques pour notre santé. Voici 5 points à savoir :

– L’Homme est le seul être vivant qui continue à boire du lait à l’age adulte et qui plus est le lait d’une autre espèce !

– Le lobby du lait est le plus puissant lobby agricole de France.

– Les recommandations officielles comme “3 produits laitiers par jour” sont écrites par des personnes en relation avec l’industrie laitière.

– Passé l’âge de 3-4 ans nous ne sommes plus en mesure de digérer le lactose.

– Les populations qui ne consomment pas ou peu de produits laitiers (Asie, Afrique) sont beaucoup moins victimes d’ostéoporose

Remplacer le lait dans notre alimentation

Il convient de mentionner que pour une fixation efficace du calcium dans les os, le magnésium est nécessaire. Et cela est possible grâce à l’ingestion de sources de calcium d’origine végétale telles que : feuilles vert foncé, fruits et légumes. Nous ne devons pas oublier que la vitamine D, produite par notre corps lors des bains de soleil quotidiens, est essentielle à ce processus d’absorption du calcium.

– Apprenez à préparer des laits, des vitamines, des yaourts, des fromages, des crèmes et des beurres d’origine végétale, faits maison, sans additifs ni procédés industrialisés.

– prendre du soleil pour métaboliser la vitamine D.

– Restez actifs, faites de l’exercice. Apprenez quels sont les exercices les plus appropriés pour lutter contre l’ostéoporose.

– manger plus de fruits, de légumes, de graines et de légumineuses pour répondre à vos besoins en vitamines, minéraux et protéines.

Vous trouverez ci-dessous des recettes de lait, de fromage et de yaourt d’origine végétale !

LAIT D’AMENDEMENT (ou sésame)

Ingrédients :

1 tasse d’amandes crues, non salées

3 cuillères à soupe d’agave (édulcorant) OU de mélasse

1 cuillère à café d’essence de vanille (ou 1 cuillère à dessert de sucre vanillé bio)

Facultatif :

600 ml d’eau de coco

3 cuillères à soupe de noix de coco râpée (de préférence fraîche)

Mode de préparation :

Lavez les amandes et faites-les tremper pendant 12 heures. Après le trempage, bien laver les amandes. Battez les amandes avec 800 ml d’eau. Filtrer avec le voal ou le tamis. Réservez les résidus d’amandes pour enrichir les pains et les gâteaux. Le lait est prêt et a un goût très neutre. Avec le lait extrait de l’amande, retournez au mélangeur avec l’agave et la vanille. Battez à nouveau et essayez la saveur. Si nécessaire, faites des ajustements. Le lait peut être conservé au réfrigérateur pendant 3 jours.

Option : si vous voulez aromatiser le lait, fouettez-le avec de l’eau de coco et de la noix de coco râpée. Ajoutez le miel ou l’agave et si vous le souhaitez, la vanille aussi. Vous aurez une autre version pour le lait.

UTILISATION DE CHÂTAIGNES FRAÎCHES

Ingrédients :

1 tasse de châtaigne crue (noix de cajou, macadamia, arachides décortiquées, graines de tournesol) – hydratée pendant 8 heures.

1 cuillère à soupe de jus de citron

5 g d’agar-agar (gélatine d’algues)

200 ml d’eau pour dissoudre l’agar

1 cuillère à soupe de levure nutritionnelle

½ tasse d’eau de kéfir (ou rejuvelac – blé fermenté)

1 cuillère à café de sel de mer

Mode de préparation :

Dissoudre l’agar-agar dans l’eau et l’amener sur le feu pendant 3 minutes, en remuant constamment. Eteignez et laissez refroidir jusqu’à ce que la température soit supportable sur la peau sans brûler. Pendant qu’il refroidit, battez les châtaignes sans eau, le jus de citron, le kéfir, le sel et la levure dans le mixeur/transformateur jusqu’à l’obtention d’une crème lisse. Ajouter l’agar-agar fondu et mélanger rapidement dans le pulsar. Transférez rapidement sur un formulaire et laissez au réfrigérateur pendant environ 20 à 30 minutes, ou jusqu’à ce qu’il soit ferme.

YAOURT VEGAN

Ingrédients :

1 litre de lait d’amande (ou autre lait végétal)

1 cuillère à café d’agar-agar (3 – 4 g)

1 cuillère à soupe de fécule de maïs

1 enveloppe de levure pour le yaourt

Mode de préparation :

Préchauffez le four à 50 degrés. Faites chauffer 1 litre de lait d’amande ou d’un autre lait végétal, d’agar et de fécule de maïs à 90 degrés. Retirez un peu avant de faire bouillir. Laissez refroidir jusqu’à 45 degrés, ajoutez la levure de yaourt et mélangez bien. Versez dans des bocaux en verre, éteignez le four et laissez fermenter les bocaux ouverts pendant 8 heures. N’ouvrez pas le four pendant le processus !

Pourquoi les produits laitiers sont-ils dangereux et ne nous apportent aucun calcium?

Le problème des produits laitiers est qu’ils contiennent beaucoup trop de phosphore. Le phosphore est aussi présent dans les œufs, viandes, poissons. Nous en consommons 4 fois trop.

Le rapport entre calcium et phosphore :

Les différents minéraux de notre corps (calcium, magnésium, potassium, phosphore…) doivent impérativement rester dans les bonnes proportions.
Sans cet équilibre nos os, nos dents, le système nerveux et même nos muscles seront mis à mal.

Notre organisme étant très bien conçu, nous possédons de nombreux mécanismes qui permettent de réguler et de conserver cet équilibre.

Pour réguler le calcium, il y a :

– La Glande thyroïde : Elle sécrète une hormone, la « Calcitonine », qui permet d’absorber le calcium présent dans le sang pour le déplacer dans nos os.

– Les Glandes para-thyroïdes : Elles sécrètent une hormone, la « PTH » qui permet de récupérer du calcium dans nos os pour l’envoyer dans le sang.

Que se passe t-il lorsque l’on consomme des produits laitiers ?

Notre taux de phosphore dans le sang grimpe énormément, notre organisme réagit en sécrétant l’hormone PTH dont je vous ai parlé plus haut afin de récupérer du calcium de nos os pour en distribuer dans le sang.

Cela permet évidemment de rééquilibrer les minéraux de l’organisme, mais comme vous l’avez sûrement compris, le calcium est récupéré directement depuis nos os et c’est cela qui entraîne une décalcification des os et qui les rend plus fragiles !

Les produits laitiers issus du lait de vache sont ceux qui contiennent le plus de phosphore et sont donc les plus nocifs.
Les laits de chèvre/brebis sont mieux adaptés et contiennent aussi moins de protéines complexes.

Il faut savoir aussi que la plupart des produits laitiers que nous consommons sont pasteurisés ou même U.H.T ( stérilisation à ultra haute température).
Ces processus entraînent une perte importante de minéraux, ce qui les rend encore plus toxiques que les produits au lait cru.

Comment avoir un bon apport de calcium sans produits laitiers ?

La peur la plus répandue concernant l’arrêt des produits laitiers est la peur d’une carence en calcium (c’est une réaction normale, personne n’a envie d’avoir des os fragiles)

Pourtant, il existe une multitude de sources de calcium de bien meilleure qualité que les produits laitiers.

Voici les aliments qui en contiennent le plus :

Les fruits (oranges, figues, prunes…)
Les fruits secs/oléagineux (amandes, noix diverses, pistaches…)
Les légumes (oignons, brocolis, algues, épinards, choux…)

A savoir : le calcium présent dans les eaux minérales n’est pas une bonne source, c’est un calcium inorganique et nous ne sommes pas faits pour l’assimiler.

Il faut d’abord considérer les produits laitiers comme des aliments « plaisir » et non plus comme des aliments santé. Même si vous ne consommez plus de lait, il arrive de manger un peu de fromage de temps en temps.

Sachez que moins vous en mangerez, moins vous en aurez envie ! Réduisez les quantités et laisser votre corps réagir.

– Pour les accros aux bons fromages, privilégiez les fromages au lait cru, de préférence de chèvre/brebis (leur composition protéines/phosphore est plus adaptée à l’être humain) et la meilleure qualité possible (artisanale, bio…)

– Pour les accros à leur bol de lait, évitez à tout prix les laits U.H.T vendus dans le commerce, essayez de vous procurer du lait cru de bonne qualité qui sera moins nocifs. Il existe aussi des laits végétaux comme le lait d’amande, de noisette… Vous pouvez en trouver dans les rayons bio des supermarchés (vérifier qu’il n’y a pas de sucres ajoutés…) .Vous pouvez aussi les préparer vous-mêmes.

Vous allez avoir 30 ans? Faites le point sur votre vie en 10 leçons !
Quelles résolutions du Nouvel An valent la peine d’être prises ?