Remake du film Suspiria

C’est dans les années 1970 que le réalisateur Dario Argento a surpris tout le monde avec son inoubliable Suspiria, le film qui a ouvert la voie à ce qui allait être la trilogie des Trois Mères. Le genre de l’horreur, et plus précisément le thriller, est l’ingrédient de base des films de Silver, qui ont longtemps terrorisé le public du cinéma. S’il y a une couleur pour identifier l’argent, ce ne peut être que la couleur du sang, un rouge qui est souvent le protagoniste de sa filmographie et qui nous entraîne dans une dimension esthétique de la terreur et de la violence. Dans Suspiria, Silver embrasse une terreur plus surnaturelle, énigmatique et dense. Le scénario, écrit en collaboration avec sa femme de l’époque, Daria Nicolodi, laisse une grande partie de l’intrigue à l’imagination du public. Le public avait pour tâche de reconstruire le message qui n’était pas explicitement donné dans le long-métrage, d’imaginer ce qui s’était passé exactement derrière les terribles murs de l’Académie de danse de Fribourg. Quelques décennies plus tard, en 2018, un autre réalisateur, Luca Guadagnino, a dépoussiéré le scénario d’Argento et Nicolodi pour lui donner un nouveau sens. Pensant à tout ce qu’un spectateur pouvait jouer, il a élargi le petit univers des années 70 en y ajoutant quelques éléments de contemporanéité. Suspiria di Guadagnino s’éloigne considérablement du précédent, mais il n’oublie pas ses racines et nous redonne souvent ce rouge si caractéristique du long-métrage de Silver. Deux façons de comprendre la terreur, deux façons de créer le suspense et, finalement, deux façons différentes de raconter la même histoire.

Suspiria : un univers féminin

Il a été déjà souligné à d’autres occasions que, malheureusement, la présence des femmes au cinéma a été, surtout dans le passé, reléguée à des rôles secondaires ou à des thèmes purement “féminins” : la maternité, la beauté, les tâches domestiques, etc. Depuis des décennies, les hommes sont les héros du cinéma. Sans parler du rôle limité que les femmes jouent derrière les caméras. Cependant, Dario Argento a non seulement pu compter sur sa femme pour écrire le scénario, mais il a également réuni un casting de femmes qui étaient assez éloignées du courant dominant de l’époque. Suspiria vous emmène dans une prestigieuse académie de danse allemande où le pouvoir est entre les mains des femmes. Il y a aussi des personnages masculins, mais pour la plupart, ils jouent des rôles secondaires. Il y a donc un renversement des rôles par rapport aux normes de l’époque. L’un des personnages masculins les plus en vue (mais pas trop) est le jeune Mark, joué par un très jeune Miguel Bosé. Mark est un danseur de l’Académie de danse de Fribourg, soumis au pouvoir des femmes. Il nous est présenté comme un personnage plutôt efféminé, mais qui suscite l’intérêt du personnage principal, Susie. Les rôles des sexes dans le long-métrage original sont assez fluides. Le personnage est une jeune Américaine qui vient en Allemagne pour étudier à l’Académie de danse de Fribourg. Elle ne sait pas, cependant, que le lieu est en fait une assemblée de sorcières. La présence féminine inonde l’écran, les protagonistes et les antagonistes sont tous des femmes.

Beaucoup pourraient penser que cet échange de rôles était inutile et qu’ils auraient pu employer un acteur masculin. Cependant, qu’elle soit nécessaire ou non, la décision n’est rien d’autre qu’une demande. N’oublions pas que, pendant longtemps, les acteurs de théâtre ont toujours été des hommes et que, par conséquent, ils devaient se déguiser en femmes pour jouer des rôles féminins. De nombreuses pièces jouées par de grands dramaturges comme William Shakespeare ont donc été jouées entièrement par des hommes. Cette déclaration d’intention, dans la version la plus récente de Suspiria, culmine avec l’élimination de la présence masculine, la reléguant à un niveau encore plus secondaire. La vérité est que la sorcellerie est généralement associée aux femmes et souvent avec des connotations négatives. Guadagnino fait de son chef d’œuvre une revendication féministe, criant au passé, affirmant que les femmes peuvent jouer n’importe quel rôle. Dans la version actuelle de Suspiria, le contexte politique de l’affaire est utilisé pour établir un parallèle avec l’ingouvernabilité du pacte. Une sorte de dichotomie entre le patriarcat historique et le matriarcat de l’assemblée. Cette version propose donc un renouvellement et une actualisation des valeurs latentes dans le film d’Argento.

Deux façons d’interpréter la terreur

Au-delà des questions purement culturelles et historiques, Suspiria reste un film d’horreur. Dans l’original, Argento a largement utilisé le hors-champ, confinant les mystères de l’assemblée derrière les murs. Grâce à la musique et aux couleurs, le spectateur comprenait que quelque chose d’étrange se passait, mais il n’avait pas le droit de savoir quel mal se cachait derrière ces murs. L’arrivée de Susie en Allemagne est révélatrice, Silver vous montre un espace connu : l’aéroport. Les bruits de l’environnement et les plans de la jeune femme se dirigeant vers la sortie dessinent un réalisme qui contraste avec une série de contre-plans dans lesquels on la voit quitter l’aéroport. Une sortie vers les ténèbres, accompagnée par la musique exceptionnelle et dérangeante des Gobelins, qui semble vous avertir de la présence du mal, de l’élément fantastique et inconnu. Le trajet en taxi jusqu’à l’Académie n’est pas du tout prometteur, les lumières kaléidoscopiques déforment la réalité, la musique devient plus forte et l’extérieur vous montre une nature hostile et effrayante. De cette façon, le spectateur comprend que quelque chose est sur le point de se produire, que Susie ferait mieux de retourner à l’aéroport et de ne pas entrer à l’académie de danse.

La nouvelle version est plus réaliste, la réalité déformée et la musique inquiétante disparaissent, mais vous êtes plongé dans les sons de l’environnement, des corps qui dansent et qui frissonnent. Le rouge, le grand protagoniste de la Suspiria originale, n’apparaît que dans les cheveux de Susie, se connectant, dans un certain sens, à l’imaginaire collectif. Les cheveux roux ont souvent été associés à la sorcellerie et, dans ce long-métrage, ils prennent une certaine importance lorsque les sorcières décident de les couper. Cependant, loin de perdre ses forces, comme Samson, ce personnage feminin devient la véritable Mère Suspiriorum. Ainsi, au point culminant du long-métrage, la coloration rouge des images revient, vous plonge à nouveau dans un bain de sang, vous ramenant aux racines de l’argent. Le réalisateur entend vous raconter tous les mystères du pacte, en vous montrant ce que le film précédent a laissé de côté. Il cherche le lien entre la danse et la sorcellerie à travers une scène bouleversante et inconfortable. Argento, en revanche, tente de vous envelopper dans une atmosphère surréaliste, paranormale et étrange qui vous perturbe et vous terrifie. Sa caméra adopte un point de vue plus voyeuriste, comme un personnage qui espionne les mouvements des filles à l’académie. Les deux cinéastes utilisent des images issues de l’imaginaire collectif, l’une sous forme suggérée et l’autre sous forme explicite. Argento imagine son œuvre comme un conte de fées dans lequel les protagonistes sont des petites filles, mais ne pouvant le faire en réalité, il a éparpillé quelques traces qui sont liées à cette vision enfantine au milieu de l’horreur.

Au fond, vous êtes face à un conte de fées effrayant, à une véritable terreur qui ne laisse presque rien à l’imagination, deux visions du même scénario, mais très différentes. À la fois agréable et choquant, même si c’est celui d’Argento qui vous plaît le plus.

Et l’horreur dans tout ça ?’

Guadagnino mise avant tout sur l’ambiance sordide et sur une violence latente là où le film d’Argento s’ouvrait sur une extravagante séquence de meurtre. Malgré quelques saillies horrifiques efficaces, Suspiria est plutôt avare en effets gores durant une bonne partie de son déroulement jusqu’à un sabbat final qui se transforme en bain de sang où se côtoient le sublime et le bis, voire le Z, la faute à de regrettables effets numériques qui font basculer le métrage dans le grotesque. Un passage hallucinant qui divisera à coup sûr le public mais dont on peut saluer l’audace. Certainement conscient qu’il serait inutile de singer son modèle, Luca Guadagnino livre une relecture qui prend le contre-pied total de ce que nous proposait le film d’Argento et décide de développer toutes les pistes qui n’y étaient qu’effleurées. En résulte un Suspiria qui dépasse d’une heure son modèle et qui se perd parfois dans son propos, au risque de paraître nébuleux. Malgré ces réserves, on peut se réjouir de la liberté artistique dont a bénéficié ce remake qui échappe aux étiquettes.

Voyager à travers le temps pour changer le passé
Une affaire de famille : critique et intrigue