Responsable et impliquée, comment la génération Z se préoccupe de son avenir

Quelles sont les attentes, les valeurs et les modèles des adolescents d’aujourd’hui ? C’est-à-dire, parmi ces jeunes nés à partir de 1995-2000, la première génération de mobiles, réalistes, déterminés et concentrés sur leur avenir, appelée “génération Z” ? Ce sont des jeunes qui font preuve de valeurs démocratiques et de solidarité, qui rejettent les raccourcis, l’opportunisme et le compromis. 

L’orientation de la confiance chez les jeunes

Les mêmes jeunes que beaucoup imaginent baser leur vie et leurs relations sur les réseaux sociaux considèrent la confiance comme un fait essentiellement privé : ils font confiance à leurs parents (les personnes interrogées ont répondu), amis, scientifiques. Ils font assez confiance aux enseignants, alors qu’ils font très peu confiance aux médias (journaux et télévision) et pas du tout aux partis politiques et au gouvernement. 

Il ressort que les garçons qui fréquentent des instituts techniques et professionnels présentent des moyennes inférieures dans les échelles qui se réfèrent au mérite, à la sagesse et à l’équité, tandis qu’ils présentent des scores plus élevés dans les échelles de la servilité, de la fourberie, du domaine, de l’apparence et aussi de l’équilibre. On suppose que la combinaison d’une expérience scolaire moins qualifiée et des conditions socioculturelles qui l’ont prédéterminée conduit à rendre les enfants de ces institutions plus sensibles à certains appels à des valeurs compétitives.

En général, la sociologie e dresse le profil d’une jeune génération désabusée, pleinement consciente des problèmes socio-économiques que nous connaissons : ils lisent la crise, ils en sont conscients, ils savent qu’il est difficile de trouver un emploi. Ils savent que les résultats sont obtenus avec engagement et ils veulent trouver un emploi qui leur donne de la stabilité mais qui les rend autonomes et leur permet d’avoir du temps libre.

La génération Z et l’école

Ils croient en l’école et en la valeur de l’éducation. En fait, l’enseignement scolaire continue d’être un point de référence dans le choix des personnes célèbres dont il faut s’inspirer. Aux côtés de Steve Jobs, un point de référence incontournable, on trouve des noms comme Mandela, Martin Luther King, Einstein, Gandhi et Léonard de Vinci, des noms qui coïncident à peu près avec les thèmes d’intérêt des programmes scolaires des années auxquelles les enfants interrogés se réfèrent. Les étudiants attendent également que l’université leur garantisse une éducation riche, qu’elle les fasse grandir en tant que personnes et qu’elle leur garantisse le professionnalisme et l’acquisition de compétences.

Ceux qui décident de poursuivre leurs études se distinguent en défendant plus fortement les valeurs d’équité et de justice sociale. Ils sont fermement convaincus de l’importance des études et insistent sur une société qui valorise la méthode. Les jeunes qui décident de ne pas poursuivre leurs études se montrent plus conformistes, prêts à soutenir leurs supérieurs et enclins à faire des compromis. De manière prévisible, l’image des valeurs tend à s’affaiblir également en relation avec l’augmentation de l’âge, les échecs et la mauvaise scolarité des parents.

L’école est un point fixe, un ancrage de sécurité, ainsi que la famille. Les parents sont considérés comme “forts” et leur force est probablement perçue en fonction de leur résistance aux difficultés quotidiennes dictées par le contexte socio-économique. En tout cas, il ne semble pas y avoir un sentiment de protestation en eux mais de solidarité.
Il semble que la génération des parents, vaincue dans son aspiration à changer la société et à améliorer le monde, a au contraire gagné l’estime et le respect de ses enfants et que, dans le même temps, la mondialisation et la disponibilité de modèles infinis ont ramené l’attention sur les noyaux proches et réels.

En général, la génération Z concerne des enfants qui ont les pieds sur terre, qui sont responsables, dont la lecture du présent, les valeurs de référence, le rapport avec la société, sont fortement influencés par les perspectives d’avenir.

 

 

Lettre de motivation : ce que c’est, les types et la manière de la rédiger
A quoi ressemble le CV idéal ?