Le Parrain de Francis Ford Coppola (1972) : résumé et intrigue

“Le Parrain”, réalisé par Francis Ford Coppola est un film qui a marqué l’histoire du cinéma mondial. L’Internet Movie Database le place en deuxième position dans le classement des meilleurs films américains, tandis que l’American Film Institute le place en troisième position. Inspiré du roman du même nom écrit par Mario Puzo, le film, récompensé par trois Oscars, représente le premier chapitre de la trilogie homonyme.

Bande-annonce du film “Le Parrain”

En 1945, à New York, le parrain de la famille Corleone, Vito Corleone, représentait le chef de la mafia italo-américaine la plus puissante et la plus respectée de la ville. Immigré de Sicile, il a gagné en autorité et en estime au fil des ans, après avoir agi pendant des années dans des rackets syndicaux et dans la gestion de jeux illégaux. L’organisation qu’il dirige, et qui lui permet de coordonner une très grande entreprise illégale, comprend également Santino, dit Sonny, premier-né irascible et peu fiable, Fredo, second né naïf et insensé, et surtout Tom Hagen, son beau-fils, un brillant avocat qui est devenu, au fil du temps, son “conseiller”, c’est-à-dire son bras droit. Le pouvoir exercé par Corleone sur la ville ne repose pas uniquement sur la violence, mais sur une forme particulière d’amitié : c’est la protection que le patron offre généreusement à tous ceux qui lui demandent une faveur, mais qui doit bien sûr être réciproque avec une fidélité totale et un dévouement absolu. Grâce à ce réseau d’amitiés, Vito Corleone a réussi, au fil des ans, à accumuler une série de protections et de connaissances même dans le monde “juridique”. Au terme du mariage de sa fille Connie (Constanzia), véritable mariage à la sicilienne avec tout le faste qui l’accompagne, Corleone reçoit un trafiquant de drogue plutôt dangereux : il s’agit de Virgil Sollozzo, appelé par tous “le Turc”, qui est affilié à l’une des cinq familles mafieuses de la Grosse Pomme, la famille Tattaglia : le Turc demande à Don Vito une protection et un soutien financier (aide financière d’au moins un million de dollars) pour se lancer dans un trafic de drogue d’une ampleur énorme. Malgré l’opinion favorable exprimée par Tom et Santino, le chef nie son soutien au Turco, déclenchant ainsi une guerre entre la famille Corleone et la famille Tattaglia : une guerre de représailles et d’attaques impliquant non seulement les chefs, mais aussi les membres les moins importants. C’est précisément lors d’une de ces attaques que Don Vito Corleone a été blessé de façon assez grave. Lorsque Michael Corleone, fils du patron qui n’avait pas été impliqué dans les affaires criminelles du clan jusqu’à ce moment, apprend que la vie de son père est en danger, il convainc Santino, le frère qui a temporairement pris le commandement, d’organiser une rencontre avec le Turc pour le tuer.

Michael, décoré pendant la Seconde Guerre mondiale

Michael, décoré pendant la Seconde Guerre mondiale, entend attirer l’attention de Sollozzo en lui proposant une réunion pour décider d’une trêve, en lui tendant un piège et en le frappant à mort. Ainsi, le fils de Don Vito tue dans un restaurant à la fois le trafiquant de drogue et le policier (naturellement corrompu) qui l’escortait. Le jeune homme, pour éviter l’arrestation ou la vengeance encore plus redoutable de la famille Tattaglia, quitte les États-Unis et retourne en Sicile, à Corleone, sur la terre où son père est né. Dans le petit village italien, Michael rencontre Apollonia dont il tombe amoureux et décide de l’épouser. Peu de temps après, la fille est tuée dans un attentat à l’explosif basé sur le TNT, auquel il parvient à échapper par hasard. Les choses ne vont pas mieux à New York, où Sonny, attiré dans une embuscade, est tué sans trop de pitié. Entre-temps, Don Vito s’est rétabli et a retrouvé la santé. Ainsi, une fois qu’il eut résumé son commandement, il décida de mettre fin à la guerre avec les Tattaglia, profondément affligé par le meurtre de son fils, et proposa une rencontre avec tous les chefs des plus importantes familles mafieuses de la ville pour trouver un compromis et établir une trêve. Au cours de la réunion, il est établi que les patrons sont autorisés à vendre de la drogue, à condition qu’ils respectent certaines règles précises : si ces règles ne sont pas respectées, une nouvelle querelle sera inévitable. De plus, Don Vito, en échange de la garantie de la sécurité et de la paix de son fils Michael, accepte de protéger (grâce à ses amitiés au sein du système judiciaire) le trafic de stupéfiants qui est sur le point de démarrer. Michael peut alors retourner aux États-Unis et prendre sa place dans la famille de Sonny. Alors que son père choisit de se retirer dans la vie privée, lui confiant la direction de toutes les affaires, il épouse Kay Adams, une fille qu’il avait rencontrée à l’université et avec laquelle il était déjà fiancé. Le couple a également un fils, qui s’appelle Anthony Vito. Don Vito meurt en 1954 : peu après, les patrons des autres familles de la mafia proposent à Michael de rédiger un nouvel accord. Michael, cependant, ne tombe pas dans le piège, et mettant en pratique les conseils que lui a donnés son père, est conscient que les chefs des autres clans ont à l’esprit d’épuiser le pouvoir du Corleone, dans l’intention de le tuer. Ainsi, de manière courageuse et inattendue, il anticipe les autres chefs, les faisant tuer, ainsi que tous ceux qui l’ont trahi, à commencer par Tessio, caporegime, et Carlo Rizzi, son beau-frère et le mari de Connie, qui, des années auparavant, avait été responsable de la trahison de Santino. Carlo a été étranglé, sur ordre de Michael, par Peter Clemenza, caporegime, tuteur mafieux et parrain baptistaire de Santino. La famille Corleone a donc gagné la guerre : une fois qu’elle aura repris le pouvoir sur toute la ville, elle pourra se préparer à déménager à Reno et Las Vegas, où le jeu, qui a longtemps été le terrain de jeu privilégié de la famille, se développe même de façon apparemment légale. Kay demande à Michael si ce que sa belle-sœur Connie lui a dit (que son mari a été tué) est vrai. Michael le nie avec mépris et lui ordonne de ne plus jamais oser lui demander quoi que ce soit sur ses affaires. Mais Kay comprend toute la vérité lorsque Michael reçoit, dans le studio qui appartenait à Don Vito, les hommages que le capiregime doit au nouveau parrain.

Un succès mondial

L’une des raisons du succès extraordinaire du film, non seulement aux États-Unis, tient à la qualité des acteurs principaux : de Marlon Brando (qui, sous la voix de Stefano De Sandro, joue Don Vito Corleone) à James Caan (Santino), d’Al Pacino (Michael) à Diane Keaton (Kay), d’Al Lettieri (le Turc) à Talia Shire (Constanzia). “Le Parrain”, comme on l’a dit, a également eu deux suites : en 1974, “Le Parrain – Partie II”, et en 1990, “Le Parrain – Partie III”, pour une trilogie qui est entrée à juste titre dans l’histoire de la culture du XXe siècle. La cérémonie des Oscars 1973 a été littéralement dominée par le film de Francis Ford Coppola : outre les statuettes remportées pour le meilleur acteur principal (Marlon Brando), pour le meilleur film (Albert S.). Le film a également été nominé pour le meilleur acteur dans un second rôle (Al Pacino, James Caan et Robert Duvall), le meilleur montage (Peter Zinner et William Reynolds), la meilleure réalisation (Francis Ford Coppola), le meilleur costume (Anna Hill Johnstone), le meilleur son (Christopher Newman, Richard Portman et Charles Grenbach) et la meilleure bande originale (Nino Rota). Parmi les autres prix obtenus, il convient de mentionner les cinq Golden Globes (meilleure bande originale, meilleur film de fiction, meilleur scénario, meilleur acteur dans un film de fiction et meilleur réalisateur) et le David di Donatello en tant que meilleur film étranger.

Voyager à travers le temps pour changer le passé
Une affaire de famille : critique et intrigue