Tolérer l’infidélité permettrait-elle de sauver plus de couple?

Bien que le concept de normalité dans une relation ait considérablement changer ces derniers temps, presque toutes les sociétés continuent d’être très conservatrices sur un aspect : l’infidélité. Bien qu’elle soit très courante, très peu de gens la considèrent comme normale. L’infidélité est en effet la principale cause de rupture des couples.

L’infidélité

L’infidélité est couramment connu comme étant l’acte de tromper son partenaire dans la vie: femme, mari, petite amie,… . La définition de l’infidélité peut varier selon le degré de tolérance de chaque personne. Des études montrent qu’une personne peut considérer un tchatche amoureuse sur internet comme étant une infidélité. Alors que quelqu’un d’autre ne considérera cela comme une infidélité que lorsque des échanges de photos coquins se font. Quelqu’un d’autre pourrait ne considérer son partenaire comme infidèle que lorsque celui ci aura passé le cap de la relation en ligne vers la relation physique (relation sexuelle).

Parmi les questions les plus courantes sur les infidèles, on peut citer : sommes-nous programmés pour la monogamie ? A l’origine, notre espèce était radicalement polygame. Le concept d’infidélité est apparu parallèlement avec l’institution du mariage dans la Rome antique. La consécration de la monogamie était, au début, un facteur plus lié à l’économie et à la politique qu’à la nature humaine.

Bien que la monogamie ait été imposée, par la loi. L’infidélité continue certainement d’exister à tout les âges et dans toutes les cultures. C’est pourquoi, avant la montée du romantisme, il était considéré avec une certaine tolérance et, parfois, avec une franche approbation. Par la suite, il est progressivement devenu fortement rejeté.

Infidélité et romance

Avec l’affirmation du rationalisme et, surtout, avec la montée du romantisme, le concept de l’amour dans le couple a complètement changé. Le mythe de l’âme sœur ou de l’amour à vie a pris de l’importance et l’exclusivité en amour a commencé à être considérée comme une valeur fondamentale dans les relations amoureuses .

Avec les progrès du féminisme, certains phénomènes sont apparus autour du concept d’infidélité. La première est que l’infidélité des femmes et des hommes est devenue de plus en plus égale. La seconde est que le divorce est devenu une pratique plus répandue et que le facteur qui en est le plus responsable est l’infidélité.

Les “nouvelles femmes” sont plus indépendantes et, pour la même raison, moins tolérantes à l’égard des hommes infidèles. L’infidélité leur cause une indignation sans limite, une colère justifiée et elles ne sont pas disposés à tolérer ceux qui ne les aiment pas de façon exclusive. Les hommes ont encore moins tolérance envers les femmes qui ont des relations sexuelles en dehors du mariage. Que ce soit par jalousie, par amour ou dû au coup reçu à l’estime, les hommes pardonnent moins que les femmes les entorses au mariage.

Ce que disent les experts sur l’infidélité

Le Pew Research Center a mené une étude dans 40 pays et a pu vérifier que l’infidélité est le comportement le plus rejeté des couples, dans les deux sexes, à tout âge et dans toutes les cultures. Le paradoxe est que l’infidélité est universellement rejetée alors qu’elle est universellement pratiquée.

La sexologue Esther Perel, auteur du livre “Mating in Captivity”, souligne qu’il y a beaucoup d’hypocrisie sur ce sujet. Elle souligne qu’il n’y a pas de différence significative dans les taux d’infidélité entre les sociétés qui la rejettent et celles qui sont plus permissives.

Ce chercheur indique que l’infidélité est passée d’une conduite qui cause de la douleur à une conduite qui génère un véritable traumatisme. Les victimes se sentent moqués, humiliés, méprisés et sous-estimés. Ce qui fait qu’ils hésitent à faire une analyse impartiale de leur couple et sur ce qui s’est passé, pour en déterminer l’importance.

 

Il n’est pas toujours conseillé de mettre fin à la relation

Les découvertes sur le cerveau indiquent que différents circuits sont activés pour l’amour profond et l’amour passionné. En d’autres termes, une personne peut parfaitement aimer quelqu’un et en désirer une autre. De plus, du point de vue du cerveau, il est parfaitement raisonnable d’aimer plus d’une personne à la fois.

Ce n’est pas parce qu’une personne est infidèle qu’elle n’aime pas son partenaire. De nombreux facteurs peuvent expliquer pourquoi, à un moment donné, vous vivez une aventure avec quelqu’un d’autre. La plupart du temps, cela n’a rien à voir avec des incohérences avec votre partenaire, mais avec le désir d’aventure, l’envie d’expérimenter, y compris de vous tester en termes de capacités de séduction.

De ce point de vue, l’infidélité, peut-être, ne devrait pas être vue de façon dramatique. Plutôt que de condamner le fait a priori, il est important de comprendre pourquoi cela s’est produit. Il existe de nombreux cas où les illusions d’amour avec une tierce personne finissent par renforcer la relation initiale. Ils permettent d’identifier les fissures ou, tout simplement, ils donnent un nouvel air au lien. Si nous dépouillions l’infidélité de sa tenue morale, nous pourrions peut-être avoir des couples plus forts.

Certaines relations ressortent plus forte d’une entorse à la fidélité

Après que leur mari ait contracté une relation extra-conjugale, certaines femmes en ressentent un accroissement incontrôlé de leur désir sexuel. Que ce soit par jalousie ou par envie de marquer son territoire, la raison peut être variée. Mais il est possible qu’un adultère puisse mener à l’harmonie (sexuelle et sentimentale) d’un mariage. 

Si l’inexistence d’amour dans la relation extra conjugale est prouvée. Certaines femmes peuvent pardonner. Et d’autres même en tirent des leçons. Après avoir mis leur jalousie de coté, certaines femmes arrivent à sauver leur mariage en proposant au conjoint infidèle de partager une ou plusieurs relations sexuelle à trois (avec celle avec qui le mari a eut une relation adultère, ou une autre). Que ce soit pour pimenter sa vie, pour sauver leur mariage, certaines femmes arrivent à partager leurs partenaires, d’un point de vue sexuel seulement (non affective).

D’autres, après leur colère passée, font ressortir la raison réelle de l’acte sexuelle commis. Il est admis dans le monde que les hommes ont une tendance naturelle à l’infidélité. Et que les femmes ne sont pas en laisse. Mais après avoir compris le fin mot de l’histoire, si la tolérance est au rendez vous, alors les partenaires en ressortent plus amoureux.

En général, si c’est l’homme qui est infidèle. La femme a plus de tolérance (exception des féministes chevronnés) peut arriver à passer outre, en pensant aux enfants, au qu’en dira t’on, à la famille qui se déchirera en cas de divorce. La colère  et l’amertume auront certes une place prépondérante, mais à force d’amour et de repentir, une femme peut pardonner. 

Qu’importe la raison, une vie sexuelle extra conjugale ne devrais pas être la cause d’un divorce. Dans beaucoup de mariages, après quelques années, parfois l’amour s’effrite. Mais après avoir découvert l’acte de trahison, la personne trahit peut pardonner à son conjoint pour repartir sur une nouvelle base, et une ligne de vie et de conduite nouvelle.

Découvrir les 7 signes indiquant quevous n’avez pas oublié votre ex
Les idées reçues sur la gente masculine sont-elles vraies ?